28 novembre 2017

ELSA ROCH

Son programme

© P. Lourmand

VENDREDI 2 FÉVRIER

16h30 > 20h – Séance de dédicaces

SAMEDI 3 FÉVRIER

11h > 12h  / 14h > 17h / 18h > 20h  – Séances de dédicaces

17h – La famille dans le polar avec Barbara Abel, Julie C. Combes et Olivier Vanderbecq (animée par Sophie Peugnez)

DIMANCHE 4 FÉVRIER

11h > 12h  / 14h > 17h – Séances de dédicaces

 

 

À propos de l’auteur

Elsa Roch écrit depuis son enfance, de la poésie d’abord. À l’adolescence, une rencontre change sa vie, celle d’une petite fille autiste dont elle s’occupe pendant son temps libre. C’est ainsi que naît sa première vocation, et qu’elle devient psy, avec pour spécialisation les troubles autistiques, ceux de l’adolescence, et les addictions. Parallèlement elle écrit toujours, et la découverte de Dennis Lehane, James Lee Burke, Fred Vargas… est un déclic. Désormais elle écrira des polars. « Ce monde est le mien. Il concentre tout. La vie, l’amour, la mort. » Elle vit près de Grenoble.

Facebook

 Retrouvez ses livres dans les bibliothèques du réseau Caen la mer

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

L’un combat le mal par le Mal, l’autre par la Loi.
Lequel élucidera la mort de cette jeune journaliste qui se battait pour les femmes ?

Paris, été 2010. Une journaliste, Emma Loury, est retrouvée sauvagement assassinée chez elle, éventrée à coups de machette. Son amant, un officier du 1er RPIMA qui a perdu pied depuis l’Afghanistan, fuit devant la police. Le coupable idéal.
Le commissaire Marsac se plonge dans cette enquête avec férocité : de l’avis de tous, la jeune Emma Loury était une personnalité solaire, une excellente journaliste indépendante, engagée, appréciée pour la qualité de ses recherches. Ses articles parlaient de la traite des êtres humains à travers le monde, de la prostitution nigériane à Paris, des Baby Killers de Palerme ou du business des filles de l’Est en Europe. Emma devait aimer les causes perdues, se dit Marsac. Et dangereuses, quand on les approchait trop de la lumière. Peut-être la raison de sa mort est-elle là. Peut-être n’est-ce pas l’amant militaire le tueur. Mais alors pourquoi a-t-il fui ?
Jérôme Pieaud a fui parce qu’Emma était toute sa vie, le seul fil qui le rattachait à ce monde qu’il ne comprend plus depuis l’Afghanistan. Il a fui parce qu’il veut retrouver l’assassin d’Emma et le massacrer comme il l’a massacrée. Il a fui aussi parce qu’il est malade, plongé dans un syndrome post-traumatique, et qu’il est au bord de la folie.
S’engage alors dans un Paris en proie aux trafiquants une double chasse à l’homme qui oscille entre secrets, faux-semblants, paranoïa et délire de toute-puissance. Un roman remarquable sur Paris la nuit, où dans certains quartiers, errent et s’éteignent des vies brisées, nées des rêves de liberté.

Sortie en avant-première au festival, date de sortie 7 février.