14 décembre 2017

RENE MANZOR

Son programme

SAMEDI 3 FÉVRIER

12h > 13h / 14h > 20h– Séances de dédicaces

11h – Roman et Séries TV avec Barbara Abel (animée par Sophie Peugnez)

DIMANCHE 4 FÉVRIER

11h > 12h / 13h > 14h– Séances de dédicaces

 

 

À propos de l’auteur

Steven Spielberg a dit de lui qu’il était «un réalisateur visionnaire à part dans le cinéma international». Cela se voit dès son 1er film en 1986, Le passage avec Alain Delon. Son univers visuel impressionnant attire l’attention de Steven Spielberg & George Lucas qui l’engagent pour réaliser leur série Young Indiana Jones. Il restera dix ans aux USA, travaillant comme scénariste et réalisateur, mais aussi script doctor pour les studios. Dans les années 2000, Manzor renoue avec le cinéma français avec Monsieur N,  thriller historique réalisé par Antoine de Caunes et le polar schizophrénique DÉDALES avec Sylvie Testud et Lambert Wilson. En 2012, il ajoute une corde à son art : le roman confirmant qu’avec une caméra ou un stylo, il est et reste avant tout un conteur.

Facebook | www.renemanzor.com

 

 Retrouvez ses livres dans les bibliothèques du réseau Caen la mer

1

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

La mère de Tom est morte, et Tom a disparu.

Tom, mais aussi John, Michael et Lily. À chaque fois, une mère est assassinée et son enfant enlevé, comme évanoui dans les brumes inquiétantes qui submergent si souvent la Caroline du Sud.
Dahlia Rhymes, agent du FBI spécialisée dans les crimes rituels, s’impose dans l’enquête. Tom est son neveu, et même si elle ne l’a jamais vu car elle a rompu toute relation avec sa famille, elle ne peut pas l’abandonner.
En retrouvant les marais et les chênes séculaires de son enfance, Dahlia retrouve aussi Nathan Miller, un ancien gamin des rues devenu un des meilleurs flics de Charleston. Ensemble, ils se lancent à la recherche des enfants, sans autre indice que le témoignage d’un voisin, qui prétend avoir vu rôder autour d’une des Maisons une shadduh, une ombre vaudoue.
Et si, pour une fois, le mobile n’était ni l’argent, ni le sexe, ni la vengeance, ni même l’amour ?

CONSULTER LA CHRONIQUE DE ZONELIVRE